jeudi 28 juillet 2016

P.R Pour rigoler ( ou bien pleurer??)

À MEDITER Fable du bénévole

Un jour, un fleuriste s'est rendue chez le coiffeur  pour se faire couper les cheveux.
 Après sa coupe, il a demandé combien il devait. 
Le coiffeur a répondu: "C'est gratuit, je fais du bénévolat cette semaine".
Le fleuriste s'en est allé
 tout content.
Le lendemain, en ouvrant sa boutique, le coiffeur a trouvé à sa porte une carte de remerciements et une douzaine de roses.
Plus tard, c'est le boulanger qui s'est présenté pour se faire couper les cheveux.
Quand il a demandé pour payer, le coiffeur lui dit : " Je ne peux accepter d'argent, cette semaine, je fais du bénévolat". 
Heureux, le boulanger s'en est allé tout content.
Le lendemain, il a déposé  à la porte du coiffeur une douzaine de croissants, avec un mot de remerciements.

Puis, c'est un député du département qui est allé chez le coiffeur, lorsqu'il a voulu
payer, le coiffeur lui a répondu  :" Mais non, cette semaine c'est gratuit, je fais mon bénévolat".
Très heureux de cette aubaine, le député a quitté  la boutique.
Le lendemain, quand le coiffeur est arrivé  pour ouvrir, une douzaine de membres  du parlement attendaient pour se faire couper les cheveux gratuitement...

Voilà mes amis, la différence fondamentale entre les citoyens de ce pays et les politiciens ou autres PDG ou même simples dirigeants qui nous gouvernent. 

A méditer !

VOCABULAIRE:

le coiffeur = o cabeleireiro
s'en est allé = partiu [verbo s'en aller= partir]
Le lendemain = no dia seguinte
Lorsque/lorsqu' = quando
aubaine= sorte, ganho inesperado

2 commentaires:

  1. C'est vrai. Ils veulent toujours un peu plus!

    RépondreSupprimer
  2. C'est dommage cela!Au moins on peut savoir qu'ils sont les mêmes n'importe où dans le monde...

    RépondreSupprimer

Desde já agradeço a todos que deixaram e que venham a deixar aqui seu comentário. Caso não tenha interesse pelo FLE, não deixe mensagens de SPAM,
Merci à tous,
Niuza